Vous êtes ici:--Réforme sur la formation professionnelle ; on avance !

Réforme sur la formation professionnelle ; on avance !

Après des mois de concertation, Muriel Pénicaud Ministre du Travail a proposé quelques mesures phares.

Il aura fallu pour le gouvernement six mois de réflexion, une dose de courage ou d’audace, pour s’attaquer à la réforme de la formation professionnelle, l’apprentissage et à l’assurance chômage, sujets brulants sur fond de grèves à répétition et grognes sociales. C’est donc dans un contexte particulier que la ministre du travail, a proposé 67 articles fin avril, le tout sur 108 pages.

Pour faire évoluer la formation, la transformation phare, qui serait présentée au Parlement avant l’été, porte sur les crédits horaires du CPF (Compte Personnel de Formation) qui deviendrait numéraire, en euros.

Une application serait également créée afin de proposer un accès simplifié aux informations, concernant un nombre important de formations, pour des milliers de personnes. En effet, trop sont proposées mais où, quand et comment les trouver, suppose être un as du casse-tête chinois.

Pour les entreprises, les PME se verraient octroyer 20 mesures supplémentaires, rendant la formation en leur encontre, plus simple, plus fluide. Pour les TPE/PME, ce serait la possibilité de prendre un apprenti tout au long de l’année, avec un objectif précis, doubler les effectifs actuels, d’ici 2020.

D’autre part, concernant l’assurance chômage et la loi « Avenir », censée apporter plus de protection aux dirigeants et indépendants, et plus de flexibilité aux entreprises, devrait pouvoir leur procurer, en cas de liquidation judiciaire, 800 € mensuels pendant 6 mois.

Décriée par certains, c’est pourtant une avancée majeure pour des millions d’entrepreneurs, qui prennent pour certains des risques personnels et professionnels importants. Enfin il faut savoir que les personnes déjà en poste souhaitant créer une entreprise ou qui proposeront un projet, se verront proposer une indemnisation en cas de démission ; quelques 20 à30 000 personnes pourraient être concernées, selon le ministère du Travail.

By | 2018-05-15T13:47:50+00:00 mardi 15 mai 2018|Politique|