Vous êtes ici:-, Politique-Loi « Avenir Professionnel » adoptée ; Carole Delga s’exprime

Loi « Avenir Professionnel » adoptée ; Carole Delga s’exprime

La Présidente de la Région Occitanie réagit dans un communiqué, dès le 1er aout, face à l’adoption de la loi « Avenir Professionnel », n’hésitant pas à présenter cette décision de méconnaissance du tissu économique. Loin d’être la seule à tirer cette conclusion, en femme forte elle est en revanche, une des rares à l’exprimer ouvertement.

Avec son franc parler, Carole Delga n’hésite pas à défendre les intérêts des entreprises et CFA de sa région, en réagissant dès l’adoption de la loi « Avenir Professionnel » adoptée par l’assemblée.  Déjà, la Commission des affaires Sociales du Sénat a montré son opposition au projet de loi fin juillet, en indiquant « S’agissant de la réforme de la formation professionnelle, l’Assemblée nationale a balayé la plupart des apports du Sénat visant à prévenir les effets pervers de la monétisation du compte personnel de formation et à garantir une gouvernance réellement quadripartite de la politique de formation professionnelle. En outre, l’Assemblée nationale a adopté plusieurs amendements du Gouvernement ajoutant des dispositions nouvelles ou modifiant des dispositions adoptées dans les mêmes termes par les deux chambres, confirmant l’impression d’impréparation, voire d’improvisation qui entoure cette réforme », démontrant ainsi que l’Assemblée n’a que faire des contestations.

Cette dernière controverse est loin d’être un coup d’essai, le gouvernement demeure, mais jusqu’à quand ? Telle est la question.

Ce sont aujourd’hui, les réactions d’acteurs politiques au cœur des régions, comme la présidente de la région Occitanie, qui montent au créneau afin d’exprimer un mécontentement sur le travail réalisé par ses équipes et une certaine méconnaissance du terrain économique.

« Alors que les Régions militaient pour le maintien de CFA de proximité, au contact des PME et de leurs besoins, cette loi fait au contraire preuve d’une méconnaissance du tissu économique local, de ses spécificités et de ses attentes.  L’orientation, élément clé de cette réforme pour développer l’apprentissage, n’a pas une place majeure dans cette loi, en permettant une meilleure connaissance des métiers et de leurs perspectives d’avenir. Les régions auraient pu permettre une relation plus efficace et de confiance entre les jeunes, les parents, les établissements d’enseignement et les entreprises. »

 

« Enfin, le choix d’un financement des CFA en fonction de leurs effectifs s’inscrit à rebours de l’action menée par les Régions jusqu’ici. Ce financement va pénaliser les centres de formations en milieu rural, les lycées professionnels ainsi que les formations très spécialisées en leur retirant les ressources nécessaires à leur développement. Sans moyens, comment ces centres pourront-ils demain poursuivre leurs missions et proposer des formations en lien avec les besoins des entreprises locales ? Ce lien est aujourd’hui menacé et les conséquences sur l’insertion professionnelle des jeunes pourraient être très dommageables ».

By |2018-08-20T15:40:25+00:00mercredi 8 août 2018|Actualités, Politique|

Leave A Comment