Vous êtes ici:-, Entreprise, Reportages-Le Syndicat des Indépendants à l’écoute des TPE

Le Syndicat des Indépendants à l’écoute des TPE

Depuis 1993, date de sa création, le SDI agit chaque jour auprès des pouvoirs publics pour une reconnaissance des TPE, et pour que les législations soient réellement applicables.

Interview Jean-Guilhem Darré, Secrétaire Général

Inquiétudes des TPE pour cet hiver ?

Le prix de l’énergie, car beaucoup de petites entreprises sont en phase de renouvellement de contrat, et elles appréhendent une augmentation du prix du kWh. Boulangeries, petites industries, et
commerces alimentaires, très énergivores, voient leurs choix réduits. Pour bénéficier des aides avec la nouvelle annonce de la ministre de la transition énergétique, il faut que la facture d’énergie dépasse 3 % de leur CA ; dans ce cas le montant de l’aide sera de 30 % des factures d’énergie, dans la limite de 2 M€, dès que l’entreprise subit une baisse d’exploitation (EBE), d’au moins 30 % par rapport à la période de référence (2021).

Se sentent-elles réellement concernées par le bouclier tarifaire ?

Il est perçu comme complexe par les TPE, le SDI est là pour les aider et accompagner. D’après une enquête que nous avons réalisée, au moins 89 % des TPE sont inquiètes pour leur avenir. De plus, le dispositif n’a pas encore pu être testé, à l’heure au l’interview est réalisée, cela a une importance, car les entreprises devront passer par leur comptable, pour plus de calcul, et par conséquent plus de factures. Les TPE attendent une proposition plus simple à mettre en oeuvre.

Les TPE peuvent-elles vraiment perdre en compétitivité ?

Certaines oui. Prenons l’exemple d’une boulangerie, parce que l’activité est gourmande en énergie, si sa facture énergétique est multipliée par 3, combien faut-il qu’elle réalise pour obtenir les 3 % de CA ? Quand bien même, avec les aides, la facture serait multipliée par 2. Il faudrait donc payer ce surplus, mais sur quoi pourrait-elle répercuter ce coût ? Soit en augmentant ses produits, et donc au risque de ne plus être compétitive, soit en baissant son activité, ce qui déroulerait en cascade moins de salariés et donc moins de production.

Par |2023-01-03T17:15:01+01:00jeudi 20 octobre 2022|Actualités, Entreprise, Reportages|

Laisser un commentaire