Vous êtes ici:--Depuis 130 ans, Les Halles de Nîmes sont conviviales et colorées

Depuis 130 ans, Les Halles de Nîmes sont conviviales et colorées

M Daniel Marcon, Président de l’association des Halles de Nîmes, nous a reçu au sein de cette véritable institution ouverte tous les jours, y compris les jours fériés.

L’association de commerçants est dotée de 70 commerçants présents aux Halles, sur 3000 m2. Daniel Marcon, pour sa part, a repris l’affaire de son père il y a 18 ans, s’est beaucoup investit dans l’évolution des Halles. Président de l’association depuis 5 ans, il indique que la spécificité de ce marché est certainement, la transmission de père en fils, voire petit fils pour certains, mettant ainsi en exergue, un ou deux générations au sein de ce comptoir gourmand.

L’association s’occupe du développement des Halles, par le vécu de ses membres, mais aussi par la vision à long terme de ce qu’ils souhaitent transmettre.

Comment intégre-t-on les Halles ?

En général, on rachète une affaire déjà existante puisqu’Il y a 70 emplacements pour autant de commerçants. On présente le projet à une commission qui valide ou pas le candidat. Ce dernier doit être avant un professionnel, qui doit avoir fait « ses preuves », ou bien qui amène une nouveauté aux Halles. Ce sont toutes expériences de vie qui ont amenées la diversité de produits frais, tant recherchés par l’ensemble de la clientèle.

D’où viennent les produits trouvés aux Halles ?

Des producteurs locaux essentiellement pour les fruits et légumes. En viande, il y a un producteur qui vient d’Alès, un boucher qui vient du Cantal, car si nous privilégions les circuits courts, nous savons aussi faire venir des produits d’exception, comme les huitres des Côtes Normandes ou la volaille de Bresse, les jambons de renommées italiens ou espagnols, c’est aussi cela le succès des Halles.

Combien de visiteurs ont franchi le parvis des Halles ?

Nous devons refaire une enquête, mais la dernière qui date d’une dizaine d’années indiquait 7 000 personnes, venues à notre rencontre.

Pouvez-vous nous décrire une journée type comme la votre ?

Pour les clients, tout est prêt de 7h du matin à 13H ; pour les commerçants tout dépend de l’activité ; un poissonnier qui a 3 heures d’installation doit être là vers 4h30, pour ma part c’est 1h30 d’installation. Après la vente, nous avons une bonne heure pour ranger, désinstaller et nettoyer, ce sont de bonnes journées !

Pour certain, elles sont loin d’être terminées, il faut aller à l’approvisionnement ; les poissonniers à la criée, les maraichers voir les producteurs des alentours.

Enfin, il y a aussi ceux qui ont une enseigne à tenir, dans les villages ou centre-ville de Nîmes.

Les Halles sont la vitrine gastronomique de notre ville, de notre savoir-faire et de professionnalisme.

 Pourquoi venir aux Halles si on n’est pas de Nîmes ?

 Ce n’est pas juste un marché, c’est aussi un lieu et une ambiance ; on y vient avec plaisir, rencontrer des collègues perdus de vue, manger dans un de nos 3 restaurants de tapas, discuter, prendre un verre. On vient passer un bon moment, pas juste remplir son frigo.

J’invite ceux qui ne connaissant pas encore les Halles, à venir découvrir cette ambiance très particulière qui fait notre succès depuis 130 ans.

By |2018-10-05T07:18:40+00:00vendredi 5 octobre 2018|Reportages|