Vous êtes ici:-, Entreprise, Politique-Ce qu’il faut retenir du discourt de Bruno Le Maire cette nuit à l’assemblée

Ce qu’il faut retenir du discourt de Bruno Le Maire cette nuit à l’assemblée

Lors de son allocution à l’assemblée nationale, Bruno Le Maire a défendu le plan de relance du gouvernement, avec un mot d’ordre soutenir les entreprises !
 
« Notre ambition étant de retrouver en 2022 le niveau d’activité économique que nous avions avant la crise ».
« Face à cette situation économique et sanitaire exceptionnelle, notre stratégie reste la même ; elle a fait ses preuves au cours de ces derniers mois, à savoir protéger les salariés des entreprises et relancer l’activité économique dans le même temps.
Je rétablirai dans les jours qui viennent le suivi régulier et hebdomadaire que j’avais mis en place au début de la crise avec les filières les plus touchées, avec les organisations syndicales et patronales ainsi qu’avec les élus locaux.
Tous les dispositifs de soutien à l’économie ont été renforcés depuis une quinzaine de jours.
Les prêts garantis par l’Etat devaient s’achever au 31 décembre 2020, sont prorogés jusqu’au 30 juin 2021, avec des reports possibles jusqu’à 6 années au total, et des taux de remboursement négociés avec les banquesentre 1 et 2,5%.  

L’Etat pourra accorder des prêts directs à hauteur de 500 M€ si des entreprises ne trouvent aucune solution de financement. Il y a des solutions de trésorerie pour chaque entreprise française quelles que soit ses difficultés.

Pour celles qui voudraient reconstituer leurs fonds propres et investir dans l’avenir, nous avons décidé d’aller jusqu’à 20 Md€ de prêts participatifs et nous adapterons le montant de la garantie de l’Etat à cet objectif de 20 Md€ de prêt participatif.
Le fonds de solidarité a été simplifié, renforcé et élargi pour toutes les entreprises sans exception.
Je rappelle que toutes les entreprises de moins de 50 salariés, installées dans les zones de couvre-feu et subissent une perte de 50% de leur chiffre d’affaires quel que soit le secteur d’activité concerné, peuvent avoir accès à une indemnisation mensuelle allant jusqu’à 1 500 €.
Les entreprises de moins de 50 salariés des secteurs de l’hôtellerie, des cafés, de la restauration, de l’événementiel, du sport et de la culture peuvent désormais bénéficier de l’aide de 10 000 € si elles ont perdu 50% de leur chiffre d’affaires contre 70% auparavant et cela sans plafonnement à 60% du chiffre d’affaires que nous avons supprimé pour apporter une réponse la plus forte possible.
Les exonérations de charges ont massivement été renforcées.  Le chômage partiel indemnisé à 100% pour ces secteurs a été prolongé jusqu’à la fin de l’année.
Reste la question des loyers,… je poursuivrai les discussions pour parvenir à un accord dès la fin de la semaine sur le sujet, notamment pour mettre en place un dispositif fiscal,incitant les bailleurs à réduire leur loyer, j’en préciserai les règles dans le courant de la semaine.
Notre objectif est de décaisser 10 Md€ en 2020 et 42 Md€ en 2021 de façon à avoir dépensé la moitié des fonds du plan relance dans les 15 mois qui viennent.
La relance est attendue et donne des résultats :
– Sur les mesures prises pour les jeunes : 700 000 embauches de jeunes ont été enregistrées entre août et septembre grâce à la mise en place d’une prime de 4 000 € pour l’embauche d’un jeune de moins de 26 ans en CDI.
– 310 000 contrats d’apprentissage ont été signés malgré la crise, former en 2020 autant d’apprentis qu’en 2019, je tiens à remercier les entreprises qui ont joué le jeu de l’apprentissage, indispensable pour nos jeunes.
 3 600 dossiers ont été déposés pour les appels à projet concernant la relocalisation industriellequi concernent à 80 % des PME. L’intégralité de l’enveloppe de 550 M€ pour la relocalisation industrielle sera dépensée d’ici la fin de l’année 2020. C’est bien la preuve qu’il y a partout en France, sur tous les territoires, des PME, des TPE, des ETI qui attendent que les fonds de la relance soient disponibles.
Même chose sur la rénovation énergétique des bâtiments publics de l’Etat : 8 Md€ de demandes d’investissements pour financer la rénovation énergétique des universités, des casernes, des commissariats, partout en France.  
L’attente est là, les entreprises y répondent, à nous de décaisser rapidement les sommes nécessaires. « 
Source : Ministère de l’Economie
By |2020-10-28T11:54:52+01:00lundi 26 octobre 2020|Economie, Entreprise, Politique|

Laisser un commentaire